Archives de Tag: Bernard Werber

La voix de la Terre

La voix de la Terre – Cycle Troisième Humanité – 3ème tome, de Bernard Werber, Editions Albin Michel, roman, 1er octobre 2014

585 pages – 22.90 € – dernier tome de la trilogie

  Quatrième de couverture :

  7 Joueurs, 7 visions du futur

  Le but ultime de chacun : s’imposer.

  Et si un 8ème joueur venait tout bouleverser ?

  La Terre n’a pas dit son dernier mot…

 

Extrait page 16 :

“- Je ne vous crois pas.

– C’est pourtant vrai, je vous l’assure.

Un temps, puis la voix grave articule :

– La Terre serait donc, selon vous…

– Ce n’est pas “selon moi”, monsieur le Président. Le fait est malheureusement confirmé pour tous les experts. Notre planète est réellement menacée.”

 

Mon avis de lectrice (et que de lectrice !) :

J’ai adoré les deux premiers tomes, et je retrouve avec grand plaisir David Wells et les emachs. Non je n’ai pas aimé, j’ai dévoré ce roman futuriste !

Ah comme j’aime lire Bernard Werber…

Quelle analyse fait-il là des hommes ! Là où il y a des hommes, il y a de la violence, dit Gaïa dans ce roman. Sur fond de “troisième guerre mondiale ? ou pas ?”, il nous dévoile sa vision d’un futur possible sur fond d’évènements passés.  Je ne vous ai pas dit, mais l’histoire commence exactement 20 ans après le moment où j’ai ouvert le livre, comme l’indique l’avertissement avant le premier chapitre.

Et j’ai plongé dans cet univers si incroyablement possible qu’il en deviendrait réaliste. Je voulais savoir comment tout cela allait se terminer. “Il fallait que je sache” serait plus juste. Ce que j’ai imaginé s’est à chaque fois révélé ne pas être la bonne solution. Et ça ? J’achète !!

Impossible de s’ennuyer, j’ai décroché du monde réel pour suivre “en direct” les évènements que vivait cette troisième humanité.

Le seul conseil que je donnerai, c’est : lisez d’abord les deux premiers tomes, et même “le papillon des étoiles” avant d’aborder celui-ci. Mais si autant de lecture vous rebute, pas grave…

Bonne lecture ! Beaucoup de plaisir pour tous les aficionados de Bernard Werber, et très certainement une jolie découverte pour tous ceux qui ne connaissent pas son univers.

3 Commentaires

Classé dans roman futuriste

Le Papillon des Etoiles

Le Papillon des Etoiles, de Bernard Werber, Editions Albin Michel, roman de science-fiction, 2006.

Quatrième de couverture :

“Cette planète est notre berceau mais nous l’avons saccagée. Nous ne pourrons plus jamais la soigner ni la retrouver comme avant. Quand la maison s’effondre, il faut partir. Recommencer tout, ailleurs et autrement.

Le Dernier Espoir, c’est la Fuite.”

Extrait (page 11, 1ères phrases du 1er paragraphe) :

“ 1- Puissance de l’eau

Au commencement était le souffle.

Le souffle puissant du vent salé.

Il faisait glisser les voiliers sur les océans infinis.

Et de tous les navires, le plus rapide était sans aucun doute celui d’Elisabeth Malory.”

Mon avis :

Un roman futuriste, une histoire qui pourrait arriver, un slogan “le dernier espoir, c’est la fuite” comme justificatif.

Un livre à l’écriture étrange au début que l’on comprend mieux une fois que l’on connait la fin de l’histoire.

Le thème préféré de Bernard Werber, la Terre et les Terriens, est mis en avant cette fois dans la construction d’un énorme voilier de l’espace, au doux nom du “Papillon des Etoiles”, ainsi que dans la durée du voyage qui semble infinie (plus d’un millénaire).

Je me suis posée la question tout au long du livre : “Vont-ils y arriver ? N’est-ce pas illusoire de tenter la fuite ?” Mais je me suis laissée porter par le rythme du livre.

Des références bibliques sont intégrées tout au long du roman, mais au lecteur ignorant, nul besoin de les connaître pour comprendre l’histoire.

Une chose est sûre : je ne regarderai plus jamais les papillons bleu-nuit (avec comme trois petites étoiles sur leurs ailes) de la même façon…

“Chenille, change, métamorphose-toi en papillon. Papillon, déploie tes ailes et envole-toi vers la lumière.”

Bref, j’ai aimé ce livre, ni plus, ni moins.

Un livre à lire en vacances ou dans le métro.

Un livre pour s’aérer la tête, mais aussi pour réfléchir : pourvu qu’on n’en arrive pas là…

10 Commentaires

Classé dans roman de science-fiction

Le Miroir de Cassandre

Le Miroir de Cassandre, de Bernard Werber, Editions Albin Michel, 2009, roman

.

Quatrième de couverture :

« Et vous, que feriez-vous si vous pouviez voir le futur et que personne ne vous croie ? »

.

Une phrase du roman :

« Sur le cadran de sa montre à gousset, s’inscrit « Possibilité de mourir dans les 5 secondes : 63 % ». La sueur coule sur son front et dégouline dans son dos. »

.

Mon avis : 

De nos jours, Cassandre, une jeune orpheline de 17 ans, se réveille la nuit après avoir rêvé d’attentats terroristes, attentats auxquels personne ne veut croire et qui, pourtant, se réalisent… Elle fuit son directeur de pensionnat, qui pourtant détient des clés de son passé, et se retrouve dans le village de « la Rédemption », village au milieu d’une décharge où vivent quatre clochards qui ne lui veulent pas que du bien… du moins en apparence ! Car finalement, on se prend à les apprécier, ces lascars ! Et ils sont loin d’être sans coeur…

On suit, parfois à bout de souffle, les aventures de Cassandre. On se pose les mêmes questions qu’elle en même temps. On vit avec elle les péripéties qui se succèdent, comme si on y était vraiment. On tombe d’étonnement et parfois même d’admiration devant le caractère de Cassandre qui nous emmène au bout d’elle-même, au bout de sa vérité et de son histoire. Car de tout ce qui s’est passé avant ses 13 ans, elle a tout oublié… On note des moments un peu étranges, comme son analyse des prénoms : violaine = Viol-Haine… mais qui s’expliquent par son autisme qu’on ne comprend qu’en cours d’histoire.

En arrière-plan, se trouve la trame de Cassandre, héroïne de la mythologie grecque : fille du Roi Priam, elle reçoit d’Apollon le don de voir le futur contre sa promesse de faire l’amour avec lui… mais finalement, elle se rétracte, se refuse à lui, et Apollon, vexé et qui ne peut lui retirer ce don,  rajoute une malédiction : « Quand Cassandre affirmera avoir eu une vision de l’avenir, personne ne la croira. »

Et quand enfin la vérité surgit, on refait à l’envers le chemin qu’elle a parcouru et tout s’éclaire d’une compréhension nouvelle qui mène à la logique ! 

Un roman troublant, qui mêle la mythologie grecque à une certaine réalité d’aujourd’hui.

Un livre que je n’ai pas pu lâcher une fois que je l’ai ouvert.

Une histoire différente de la série des Dieux et qu’on a plaisir à lire !

.

NOTES DE L’AUTEUR

C’est l’histoire de Cassandre, une jeune fille de 17 ans qui a le don d’entrevoir le futur mais la malédiction de ne pas être écoutée.
Elle va connaitre des aventures extraordinaires qui vont lui permettre de devenir non seulement une femme mais aussi quelqu’un qui a conscience de tout ce qu’il se passe
sous tous les angles.

Elle part du plus difficile, l’autisme et la non communication avec autrui et va progressivement évoluer pour devenir un être beaucoup plus sensible que la moyenne.

Un gros roman de suspense qui se démarque du reste de mes ouvrages par son coté réaliste et psychologique. Le miroir de Cassandre traite aussi de l’autisme, de la futurologie, des lois de probabilités, avec en toile de fond une grande histoire d’amour.

9 Commentaires

Classé dans roman